AR2009-JJ014-(1 to 76) 02 May 2009 Ghundey Ghar, Afghanistan. Mission to Ghundey Ghar and Lakokhel to delivery some supply. Captain Maranda at strong point Lakokhel. MCpl Jonathan Johansen , JTFK Image Tech, Afghanistan Roto 7Joint Task Force Afghanistan (JTF-Afg) is the Canadian Forces (CF) contribution to the international effort in Afghanistan. Its operations focus on working with Afghan authorities to improve security, governance and economic development in Afghanistan. JTF-Afg comprises more than 2,750 CF members. Most of them serve at Kandahar Airfield or Camp Nathan Smith, the home of the Provincial Reconstruction Team in Kandahar City. CF members also work at various military headquarters and support bases in southwest Asia, and with civilian organizations in Afghanistan.MCpl Jonathan Johansen , JTFK Image Tech, Afghanistan Roto 7

02 May 2009 Ghundey Ghar, Afghanistan. Credit : MCpl Jonathan Johansen.

COURAGE
De [curage], [cur] ancienne variante de [cœur] 1. Force morale; dispositions du cœur.
2. Ardeur, énergie dans une entreprise.
3. Fermeté devant le danger, la souffrance physique ou morale.
4. Le courage de faire quelque chose.

Jeune adulte, ma vision du courage était teintée par l’image des héros dans les films. Un courage flamboyant qui s’exprime haut & fort par des acteurs aux mâchoires serrées qui sont la personnification même de la puissance. Un vrai spectacle pour les yeux et les tripes!

Le temps que j’ai passé en Afghanistan comme commandant d’une équipe de 50 soldats dont la mission était de perturber l’action des insurgés m’a permis de voir – et vivre – ce type de courage en action. Un ingénieur de combat – pensez “démineur” – qui avance délibérément en terrain piégé, détecteur de métal à la main, en est un exemple. Un fantassin qui évacue une jeune fille afghane prise dans un échange de tir croisé en est un autre.

Dans le contexte afghan de cette période, le courage flamboyant était sinon la norme, du moins courant. De retour au pays : Et si le courage nous était accessible au quotidien?

Mon expérience de vie comme militaire, athlète, conférencier-formateur ou encore comme conjoint et père de famille me montrent que le courage au quotidien ce n’est pas seulement l’exploit physique du héro mais plutôt la rencontre de ses peurs pour se comprendre et poser des gestes qui nous permettent de les transcender afin d’aller plus loin dans nos missions.

Le courage moral est la valeur la plus précieuse et la plus absente chez l’Homme.
Général George S. Patton

Le courage moral, c’est cette valeur qui donne l’impulsion à l’action lorsque nous avons un doute – ou une peur – quant aux conséquences de celle-ci. À la différence du courage physique, qui s’exprime souvent comme un réflexe fruit d’un modèle mental précis, le courage moral implique une période de questionnement et de réflexion. En ce sens, le courage moral est donc plus difficile à exprimer, car il est le fruit d’une réflexion consciente et non d’une réaction innée ou programmée.

Ceci dit, ces deux types de courages obéissent fondamentalement aux mêmes lois – seul le contexte est différent. En regard de mon expérience, deux éléments sont nécessaires pour que le courage s’exprime :

Confiance qu’on a les compétences et/ou que l’action courageuse a des chances d’avoir des conséquences positives, pour nous ou pour notre environnement. Sans cette conviction, l’action courageuse perd son sens et devient un sacrifice inutile. Par exemple, une professionnelle qui est victime d’abus par un patron doit pouvoir croire que l’action de le dénoncer sera reçue de façon responsable et respectueuse par son organisation pour s’engager sur cette voie. Un athlète qui donne des pistes de solutions pour améliorer les performances de sa fédération sportive doit avoir confiance en ses capacités & son expérience, mais également que son opinion sera reçue avec ouverture d’esprit.

Le deuxième élément essentiel au courage, c’est que l’action courageuse doit être cohérente avec nos intentions & convictions personnelles et, dans le cas du courage managérial, organisationnelles. Si l’action ne vise pas à accomplir une mission, un objectif ou à répondre à une conviction, elle sera peut-être téméraire ou imprudente, mais elle ne sera pas courageuse. En entreprise, cette notion éclaire la portée du courage managérial, qui doit faire écho à la mission, la vision et les valeurs de l’organisation.

Ainsi, le courage en organisation – le courage managérial – pourrait se définir par : faire ce qu’il faut faire pour accomplir la mission de l’entreprise. Cette définition, simpliste en apparence, nous amène à nous poser nombre de questions qui visent toutes à faciliter l’expression d’actions courageuses :

Quelle est la mission – mais aussi la vision, les valeurs et les convictions – de mon organisation?
Quelles sont les conditions qui nous amèneront à déclarer “victoire!” ?
Quelle est ma mission personnelle au sein de l’organisation? Cadre-t-elle avec la mission de l’entreprise?
Quel est le niveau de liberté professionnel dont je dispose?

Lorsqu’on regarde dans la bonne direction, il ne reste plus qu’à avancer.
Proverbe bouddhiste

Ainsi, le niveau de clarté que nous avons sur l’ensemble de ces questions influence notre capacité, en tant que membre d’une organisation, à exprimer du courage au quotidien.

C’est ce niveau de clarté sur la raison d’être de notre organisation et de nous-mêmes qui permet à un commandant au combat de prendre les initiatives qui lui permettront de contrer les plans de la force opposante tout en contribuant au plan d’ordre stratégique.

Aucun plan de bataille ne survit au contact de l’ennemi.
Maréchal Helmuth von Moltke

Soyons clairs; ldurée de vie d’un plan soigneusement calculé est égale au temps de réaction de la compétition. À partir du moment où des forces externes sur lesquelles nous n’avons que peu de contrôle interagissent avec notre plan, le détail de ce dernier perd de sa pertinence. Ce qui reste du plan après ce contact avec la réalité, c’est la clarté de la mission & des intentions à partir desquelles les membres de l’équipe pourront orienter leurs actions.

Une organisation qui s’assure que ses membres connaissent, mais surtout comprennent, la mission de l’organisation et le rôle de chacun dans l’accomplissement de celle-ci favorise non seulement l’émergence du courage managérial, mais également de l’esprit de corps chez ses membres.

Un levier de performance d’une grande puissance n’est-ce pas?

Capitaine Christian Maranda, CD (ret)