En quête de sensations…

On dit souvent dans le monde du sport que le côté psychologique joue un rôle énorme dans la performance physique. Loin de contredire cette idée, je pense que son contraire mérite plus d’attention qu’il n’en reçoit : Comment partir du mouvement (physique) pour faire évoluer le comportement (psychologique) dans les organisations? Je m’adresse aux agents de changements en entreprise, ceux qui voient au développement des personnes. Je propose un regard sportif sur le fonctionnement du système nerveux au cœur des décisions et des actions que nous prenons au quotidien. C’est bien connu, on ne développe pas un champion avec une bonne séance d’entraînement mais bien avec un programme constitué de plusieurs séances d’entraînement! Pourquoi sommes-nous si nombreux à nous attendre à un changement de comportement immédiat suite à un entretien en entreprise?

En canoë, présenter la technique du coup de pagaie à un néophyte demande environ une heure à l’entraîneur expérimenté. Amener ce même néophyte à sentir le mouvement tel un athlète olympique prendra entre 8 et 12 ans. S’il ne s’agit pas d’un néophyte mais bien d’un champion, une modification technique prendra des mois de travail. Pourquoi? La réponse est simple : Comprendre intellectuellement les fondements d’un concept et les intégrer dans l’action sont deux choses complètement différentes.

Pour valider la compréhension de l’athlète, l’entraîneur lui demande de répéter le concept dans d’autres mots. Puisqu’il s’agit d’un raisonnement et que cela s’explique souvent par des données considérées objectives, l’exercice se fait simplement. Par contre, tester la capacité de l’athlète à mettre en action l’idée proposée requiert un minimum de connaissances du système nerveux. Combien de fois partons-nous avec une idée géniale sur papier pour saisir l’ampleur du travail à faire une fois que nous la collons au contexte d’entreprise? Il n’est plus question de raisonnement objectif mais bien d’applications subjectives, l’équipier dans le sport ou en entreprise devenant le sujet. C’est lui qui doit faire les liens… La proprioception est un terme utilisé dans le sport pour expliquer le travail du système nerveux au cœur du changement. L’origine du mot dit l’essentiel : proprius en latin et perception. L’individu est propriétaire de ses perceptions. Ainsi, l’athlète capte de l’information avec ses neurones (il sent le mouvement), analyse cette information (fait le lien avec l’environnement) et réagit en ajustant la position des différentes parties de son corps (développe de nouvelles sensations). Cette reprogrammation neuronale s’effectue en temps réel qu’on en soit conscient ou  non. L’avantage d’en être conscient se trouve dans la possibilité de créer un environnement propice à la reprogrammation. Ne sommes-nous pas tous des champions à la recherche de sensations? Avec la proprioception, vous comprenez maintenant que les sensations nous permettent de nous construire des repères sur lesquels nous prenons toutes nos décisions.

Maintenant que vous comprenez le concept il vous faut en tester les applications. Comment soutiendrez-vous vos équipiers pour leur permettre de sentir vos idées dans l’action? Et finalement, la réussite pour vous réside-t-elle dans une belle présentation de votre idée ou dans le fait que vos équipiers, vos clients et vos collègues puissent faire quelque chose de concret avec vos idées?