cropped-Screen-Shot-2017-10-25-at-8.41.38-AMJ’éprouve le grand bonheur depuis quelques années de collaborer au sein de CANU avec Jo-Annie Fortin, consultante en développement organisationnel et conférencière. Jo-Annie est une Olympienne avec 17 années d’expérience en nage synchronisée. Elle vient de terminer sa maîtrise à HEC – Montréal. Elle écrivait il y a quelques semaines un billet de blogue dans lequel elle raconte avec une authenticité exceptionnelle les conséquences de sa quête insatiable de perfection.

Jo-Annie vient d’un monde où il faut sourire quand on a mal, cesser de respirer pour faire maintenir émergé ses collègues et vendre une histoire aux juges pour monter sur le podium. La rencontre du sport, de l’art et du spectacle.

Une métaphore de la vie où il est dangereux de noyer des parties de soi si on n’est pas vigilant.

Viscéralement j’avais le sentiment qu’un ouragan faisait rage à l’intérieur de moi, j’avais le sentiment d’être en train de m’étouffer moi-même. Pour la première fois de ma vie, j’ai eu mes limites en plein visage. Je n’avais pas d’autres choix que d’écouter mon corps et de prendre le temps d’aller plus lentement, moins haut et plus doucement.

Quand l’être humain rencontre ses limites, c’est tragique et beau à la fois. C’est un rappel à la fragilité de la vie. Son témoignage intime démontre l’importance d’écouter ce que le corps et le coeur ont à nous dire pour tempérer les histoires de volonté que la tête se raconte.

Et si être bien suffisait?

Merci du fond du coeur Jo-Annie.